Archives de Catégorie: Tamranète

Du barouf sur le quai ?

Par défaut

Un arrosoir, une baronne, une autruche ?

Un senor Camarones, un roi de la gadoue ?

Demandez votre billet !

Le voyage ne fait que commencer et vous n’aurez pas mal au coeur.

……………………….

Escarmouche trouva un hotel bon marché. Il se coucha aussitôt après avoir pris sa douche et mangé sa banane.

Le lendemain au petit-déjeuner il feuilletait distraitement le « Tamranète News » lorsque son regard fut attiré par ce gros titre « Le roi de la gadoue gagne un fromage ». Comment !!! Le roi de la gadoue ici à Tamranète ! C’est bien la dernière chose à laquelle Escarmouche s’attendait. Pourtant aucun doute possible, une photo le montrait brandissant un énorme fromage. Mais, pour le moment Escarmouche n’avait pas le temps de réfléchir à cette stupéfiante nouvelle. Il devait prendre le bateau pour s’enfoncer plus loin dans le pays de Tamranète. Il plia le journal et le glissa dans son arrosoir.

« Nous léverons l’ancre à 10 h précise » disait l’annonce. « Aucun retard ne sera toléré ». Mais à midi le bateau était encore à quai. Un type avait échappé sa valise dans le fleuve libérant des plantes aux émanations soporifiques qui avaient fait somnoler tout le monde un bon moment. Du coup la police avait controlé tous les bagages et Escarmouche avait dû s’expliquer sur son arrosoir. Apparement personne à Tamranète ne se promenait avec un arrosoir et encore une fois Escarmouche s’était vu qualifier d’ »original ».

Et puis il y avait eu le problème avec señor Camarones qui en agitant sa muleta sur le quai avait rendu fou furieux un taureau. Tout le monde avait du se réfugier sur le bateau même ceux qui n’avaient rien à y faire. Il avait fallu faire redescendre tout le monde et recontrôler tous les billets. Mais surtout « la baronne n’était pas là ». Personne ne savait qui était la baronne mais le capitaine refusait de partir tant qu’elle n’était pas là.

Enfin à 15 h la baronne arriva avec une montagne de bagages et sa dame de compagnie, une autruche prénommée Rose qui tenait des propos révolutionnaires à tout bout de champ. En voyant la baronne, les passagers furent horrifiés car c’était un énorme panda. Tous pensèrent que le bateau allait couler à pic dès qu’elle mettrait un pied dessus. La baronne s’installa devant et au grand étonnement de tous le bateau ne bougea pas d’un millimètre.

Le voyage de trois jours et trois nuits sur le fleuve Taro pouvait commencer.
.

Publicités